©

Haikus fourrés...

petites bulles de champagne à siroter à tout heure. l'abus est recommandé et si ces haikus ne font pas 18 pieds de long à vue de nez, ce n'est qu'ultime pied de nez !

A qui donc ne revenait pas cette tête
pour finir au panier
après avoir roulé dans la sciure...?
*
Une cour de récréation emplie de cris et de joie
la cloche sonne !
et lui succède le silence de l'enfance qui s'en va...
*
Deux nymphes soyeuses allongées sur une verte pelouse
se mêlent d'un tout et s'emmêlent de rien
en se moquant gentiment des garçons maudits...
*
La feuille tombée, la branche rompue
le tronc fut tranché, laissant sèche souche...
mais le bourgeon naissant n'a pas oublié ses racines !
*
Déchirant la nuit, sonne le téléphone
qui dynamite son coeur d'ébonite en sommeil ?
Ange des ténèbres ou démon des merveilles...
*
De notre amour mort né
cette nostalgique mélodie présente la note
me faisant une ultime fois payer l'addiction...
*
Plic, ploc dans la flaque
ronde dans l'eau
la goutte fait déborder la vase...
*
Ces gouttes de pluie salée
qui s'écrasent sur la vitre glacée,
est-ce le monde qui pleure à ma fenêtre...?
*
Pur, l'enfant baisse ses yeux limpides
afin de ne pas affronter, effronté
le fautif regard des coupables adultes...
*
L'encre habite ma feuille
comme les idées noires
peuplent mes nuits blanches.
*
Elle danse, elle parle, elle chante
ses mains accourent en re création
pour dessiner sa journée d'école...
*
Des rires fusent en éclaboussures sonores
puis c'est la joyeuse galopade des pyjamas;
la douche vient de se terminer...
*
Machinalement elle tourne
sa cuillère dans la tasse vide,
il ne viendra plus...
*
Deux papillons superposés
dans une superbe pause osée,
fragiles, sans haut ni bas...
*
Petit emballage de plastic
sur le colonne de chair
afin de sauver sa peau...
*
Dignement la vieille chienne si fatiguée
se traine au fond du jardin à l'abri des regards,
elle sait qu'elle ne reviendra plus...
*
La rallonge de table est tirée
des assiettes sont rajoutées,
vous resterez bien à manger ?
*
Une violente bourrasque de vent balaie la terrasse du café
emportant la lettre posée sur la table ronde;
une histoire d'amour s'envole...
*
Le piéton nonchalant et goguenard dépasse tranquillement
les conducteurs qui enragent dans leurs autos immobiles
embouteillage en douleur de pointe...
*
Dès la première mesure, deux corps s'enlacent
avant la dernière note, deux coeurs s'en lassent
le temps d'une mélodie, la musique s'est éteinte...
*
Coup de téléphone à poste
Mon timbre se colle à ton enveloppe
Pourquoi te cacher en boite à l’être ?
*
Griffure du soleil levant
Dans le ciel bleu nuit soudain ensanglanté
Aube épine…
*

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : haikus pour un ami défunt ;
Discussions
1 avis pour “Haikus fourrés...”
  1. petit clin d'oeil à un ange du canada...

    Par SentisMental | dimanche 5 septembre, 12:00
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié