©

Allées sans retour...



Deuxième ballade au cimetière dans ce monde de paix et de silence ou même les cons se taisent enfin. Entre ces croix que je crus si fixes, je me promène au hasard de mes pas perdus, dansant entre les ventres creux et vides de mes congénères disparus…

HARRY COBLAN
Fayot notoire et cas soulé qui finit par flageoler du jarret de port…Pet à son âme.
Compte tenu de la teneur gazeuse de ses propos nauséabonds, il s’est évaporé en flatulences nauséeuses. Agent trouble et délateur boyaux, à force de rapporter il a finit par ramasser !
La seule fois ou Harry ne fut pas couvert, en bouquet d’orties Harry fut jeté.
A force de raie péter ce qu’il lent tendait, il s’est auto-asphyxier par overdozone de méthane, tu m’étonnes !
*
JAMES TROSSA et JEAN REUH de Mende.
Boulimiques mecs dont on moqua les mimiques de mac
Prisonniers à l’excès du « toujours plus » en station de « jamais trop » pour demeurer envie jusqu’à la faim. Ce fut Monsieur Plus et Monsieur Fois qui s’entrecroisent de qui et s’entremêlent de quoi pour s’accroitre et se multiplier… Gourmands de l’opérable bouffe ne sachant en arrêt freiner et réfréner un appétit à petit qui devient trop grand pour les yeux exorbités du ventre distendu !
Glouglous tontons toujours démangés de manger, épiés dans le plat, creusant l’assiette les cuillères montant à cru, quand la fourche jette grain à moudre dans le moulin à groin.
Satiété anonyme qui panse avec son estomac…
*
JOHN DE VAN et MARION DES RIAIRES
Incontinents engloutis en fracas de pertes…car qui la mort agace trop, entérine.
Etanches de bas fonds qui n’ont pu empêcher en péché l’ultime fuite en avant par derrière…
Robinet fuyard, évier percé par défaillance de sa faïence, John « monsieur pipi » et Marion reine de la « moussakaka » se connus éméchés dans les vécés de l’évêché. Phalus perdusse et anus décoususse. Ils font tâche mais ils s’attachent. Heureusement ils sont culottés même s’ils en tiennent une couche. Jusqu’à la dernière goutte pendant le dépôt de bilan ils feront étron commun. Mais dans une cuvette une nuit de lune nette, ils sont victimes d’un accident de chasse et d’un tir d’ami soul…
*
LARISSA HANTUB
Beurette d’huile qui ne manquait pas de piment. Beauté piquante victime de coups secousse.
Cette jolie figue du Sud, lorsque le plat a tourné s’aperçut qu’elle était au menu. Refusant de mettre les voiles pour faire rideau sur sa vie de flamme, elle fut désintégrée de force par les intègres gris amoureux d’un Maghreb de connards. Elle qui fut lapidée et « rat callaissée » dort désormais sous sa dernière pierre tombale. Fille du soleil victime d’abscons comme la lune. Oasis de lumière dans un désert obscur ridé en panne de Coran…
Fatmah victime de fatwah, courageuse mini zup assassinée par la lâcheté des grands ensembles mais minus culte tout seul. Athée alarmante envoyée au cimeterre des faux frères de la côte prêchant la Mecque plus ultra. Que celle qui n’a jamais rien pêché lui jette la première prière !
*
NINON NIHOUI
Armoise normande. Petit cul buté qui finit culbuté…par refus fou des priorités.
Son Nom en peu d’être eu peur d’être ouï par dire. Fille incertaine d’une mère retirée amarrée basse et d’un père impair en manque de gagne. Cette poupée barbante même désarticulée, refusa d’avouer à quel dessein elle se vouait. Tête de liste du parti pris des sans opinons qui n’ont pas d’avis en croquettes. Refusant de se faire sonder de crainte de se faire introduire, par malheur son jeu de raison a fini en jus de raisin, en déni de ni ni, couinant ouinon jusqu’à son dernier souffle expiré par un soufflet mal inspiré. A force de refuser de se prononcer, on finit par être définitivement effacé des mémoires…de trop danser la valse hésitation on fait banquette de l’existence.
*
ROGER DE GREEFF
Opéré bouffi victime d’une pièce rapportée…
Remord sur ordonnance, son corps accorte a refusé la présence d’un membre étranger ne faisant pas parti de son cercle intime, alors le gang lion des ganglions s’est mué en gangrène de gangue reine…
Beauf mode sans motte d’emploi qui ne s’accommode pas d’une côte de porc d’import, refusant de faire des pieds et des mains en bras donneur pour une jambe en l’air.
Cellule de crise en tissu associal, incompatibilité d’organe en mauvaise humeur et grève de la peau de chagrin. Foie dévot qui se rate, rein tintin, estomac dans les talons, quand elle refuse de reprendre dans un autre jardin, parfois on se demande à quoi la viscère…
*
VICTOIRE DE LA MUTZIG
Chanteuse ballonnée qui ne résista pas à la pression…
Jupe hilare en Jupiler, celle qui crâne en bourg est crécelle qu’enterre broc. Elle qui a pris tant de bides durant sa carrière de chope en échoppe n’aura pas raté sa mise en bière…
Certes autrefois pétillante, aujourd’hui elle ne se fait plus mousser. Pinte sur un tableau à demi nue, nous n’oublierons pas ce qu’elle fût. Gorgée de talent qui finit empalée en palais, notion de la papille elle se fit moqueuse de muqueuses. Fraiche cancan des cannettes elle a fini par perdre la tête une fois décapsulée à force d’aller au goulot. Après être sortie en boîte , elle a fini par signer un pack avec le diable…
*

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
3 lien(s) pour “Allées sans retour...”
  1. http://81.255.213.229/portal/php/page/rss.temp.php?sort=date&client=MAXIMISINGEREP&user=1&newsSearch=1&request=Entities%3A%22RH%22+lang%3AFrench
  2. http://www.sulfurnews.com/
  3. http://www.sulfurnews.com/?d=2011-01-29&s=0&t=0&l=fr
Suggestion de mots-clefs : deuxi?me harry ; JAMES TROSSA ; Harry Coblan ;
Discussions
2 avis pour “Allées sans retour...”
  1. je ne voyais pas les cimetières de façon si "exotique"  Rigole

    Par Tekiro | dimanche 30 janvier, 09:02
  2. c'est fou comme certains sont plus vivants une fois mort !

    Par SentisMental | dimanche 30 janvier, 10:49
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié